Qui règle l’avocat en cas de divorce

 

Si vous voulez divorcer mais que vous n’avez un budget nécessaire, vous vous demandez peut-être comment vous allez régler un avocat pour votre divorce. C’est un problème auquel de nombreuses personnes sont confrontées lorsqu’elles se séparent officiellement. Lorsque vous rencontrez des avocats potentiels pour votre divorce, vous devriez être ouvert et honnête au sujet de votre situation financière. Les avocats spécialisés en divorce savent que certains clients ont des difficultés pour payer leur divorce. Dans bien des cas, l’un des conjoints a été le seul soutien de famille et l’autre conjoint n’a pas d’argent en son propre nom. L’assistance juridique a été conçue pour les revenus modestes.

 

Combien vais-je payer un avocat pour mon divorce ?

 

Le coût d’un divorce varie en fonction d’un certain nombre de facteurs. Il s’agit notamment de :

  1. Le divorce est-il incontesté ? Si le consentement est mutuel, le tarif est de 3000 CHF à 6000 CHF.
  2. Est-ce que vous et votre conjoint êtes en mesure de conclure des ententes de base sur le partage des biens, la garde des enfants, la pension alimentaire et la pension alimentaire ?
  3. Si vous et votre conjoint n’arrivez pas à vous entendre sur votre divorce, quels types de problèmes doivent être résolus ?

Avant d’engager un avocat pour votre divorce, renseignez-vous sur le coût total estimatif de la demande de divorce, y compris les frais de dépôt, les frais juridiques et autres dépenses. Si votre capacité de payer vous préoccupe, parlez-en à votre avocat spécialisé en divorce.

Facturation forfaitaire : Si votre divorce est relativement simple et direct, vous pouvez peut-être retenir les services d’un avocat pour vous représenter moyennant des honoraires fixes. Comprenez, cependant, que les avocats ne vous proposeront généralement de facturer des frais fixes que si vous déposez une demande de divorce non contestée. Si des problèmes imprévus surviennent, vous devrez probablement payer des frais supplémentaires.

Facturation basée sur les tâches : Si votre divorce est relativement simple, votre avocat peut vous conseiller de vous occuper vous-même de certaines parties du divorce. Par exemple, vous pourriez être en mesure de négocier une entente de divorce en tête-à-tête avec votre conjoint, sans l’aide d’avocats. Vous pourriez alors payer votre avocat spécialisé en divorce pour qu’il examine cette entente et vous signale tout problème potentiel. L’embauche d’un avocat pour des parties de votre divorce peut vous aider à réduire les frais juridiques.

Demandez à votre conjoint de payer vos frais juridiques : Si votre conjoint a plus d’argent que vous, vous pouvez lui demander de payer une partie ou la totalité de vos frais juridiques. Si votre conjoint n’accepte pas volontairement cette demande, vous pouvez demander au juge qui entend votre cause de divorce d’ordonner à votre conjoint de payer certains de vos frais juridiques.

Établissez un budget : Si vous et votre conjoint avez des budgets serrés, vous pourriez ne pas être en mesure de transférer certains de vos frais juridiques à votre conjoint. Si c’est le cas, alors travaillez avec votre avocat pour établir un budget pour vos frais juridiques et respectez-le.

Le divorce peut être une période remplie d’anxiété. Vous vivez un changement majeur dans votre vie, et si vous devez vous inquiéter de payer pour le divorce, cela peut ajouter à vos inquiétudes. Par-dessus tout, soyez honnête au sujet de vos finances avec vous-même et votre avocat. Si vous savez ce que vous pouvez vous permettre de payer, votre avocat peut vous dire de façon réaliste à quoi vous pouvez vous attendre pendant votre divorce.

 

 

 

Les responsabilités d’un avocat

Les principales responsabilités de la profession d’avocat

Un juriste, en tant que membre de la profession juridique, est un représentant des clients, un officier du système juridique et un citoyen public ayant une responsabilité particulière en matière de qualité de la justice. En tant que représentant des clients, un avocat exerce diverses fonctions. En tant que conseiller, un juriste fournit à un client une compréhension éclairée de ses droits et obligations juridiques et explique leurs implications pratiques. En tant qu’avocat, il défend avec pertinence la position du client en vertu des règles du système contradictoire. En tant que négociateur, un juriste cherche à obtenir un résultat avantageux pour le client, mais conforme aux exigences d’une relation honnête avec les autres. En tant qu’évaluateur, un juriste agit en examinant les affaires juridiques d’un client et en faisant rapport à leur sujet au client ou à d’autres personnes.

 

Le rôle d’un avocat

En plus de ces fonctions de représentation, un juriste peut agir à titre de tiers neutre, un rôle non représentatif qui aide les parties à régler un différend ou une autre question. Certaines de ces règles s’appliquent directement aux avocats qui sont ou ont été des tiers neutres. De plus, il existe des règles qui s’appliquent aux avocats qui n’exercent pas activement le droit ou aux avocats en exercice même s’ils agissent à titre non professionnel. Par exemple, un juriste qui commet une fraude dans la conduite d’une entreprise est passible de mesures disciplinaires pour avoir commis une conduite malhonnête, frauduleuse, trompeuse ou fausse déclaration.
Dans toutes les fonctions professionnelles, un avocat doit être compétent, prompt et diligent. Un juriste devrait maintenir la communication avec un client au sujet de la représentation. Un juriste garde confidentiels les renseignements relatifs à la représentation d’un client, sauf dans la mesure où la divulgation est requise ou permise par les Règles de déontologie ou une autre loi.

La conduite d’un juriste doit être conforme aux exigences de la loi, tant en ce qui concerne le service professionnel à la clientèle que les affaires commerciales et personnelles de l’avocat. Un avocat ne devrait utiliser les procédures prévues par la loi qu’à des fins légitimes et non pour intimider d’autres personnes. Un juriste doit faire preuve de respect envers le système juridique et envers ceux qui le servent, y compris les juges, les autres juristes et les fonctionnaires.

S’il est du devoir d’un juriste de contester, au besoin, la rectitude de l’action officielle, il est également du devoir du juriste de faire respecter le processus judiciaire.